Comment la fin d’un dîner de famille s’est transformer en sujet d’article .

 

Chaque été une petite ombre vient noircir le tableau d’un repas de famille qui c’était jusqu’alors déroulé sans accroc….

Alors que je suis en pleine réflexion sur le choix de mon dessert: tarte aux pommes ou aux prunes? Je suis interpellée par ma tante, qui, ayant certainement raté sa vocation de conseillère d’orientation/matrimoniale me pose la question suivante :  » Alors tu fais quoi cette année…? Et ton copain ça va ??  » Oui c’est dit avec autant de subtilité… Un petit peu agacée et sans vouloir mettre une mauvaise ambiance, je lui dit bien gentiment que je n’ai pas de copain. Et je vois déjà sa mine désolée comme si j’étais une petite chose fragile. La voilà qui insiste et me rétorque « ou une copine après tout je ne sais pas tout est possible maintenant ».. Alors malgré cette grande ouverture d’esprit, j’ai bien envie de lui dire, merci mais mêles toi de ce qui te regarde !!!

J’explique poliment que je suis très bien toute seule, et que je n’envisage ni de me marier, ni d’avoir des enfants dans les années qui viennent.Grâce à cette petite réflexion je constate l’insistance et la pression qu’on peut mettre sur mes épaules. Tout ces gens autour de moi qui semble savoir beaucoup mieux que moi ce dont j’ai besoin pour être heureuse et ce que je veux vraiment. A coup de  » mais c’est mieux la vie à deux » , « tu dis ça maintenant mais ça changera » , « c’est triste d’être seule quand même !  » (Ah le soutien de ses proches ça n’a pas de prix ! ) … Alors oui peut être que je me trompe ou pas d’ailleurs, j’en sais rien, mais si on pouvait me laisser tranquille ce serait formidable. D’autant qu’au passage on n’embêtera pas mon cousin avec ce genre de question 😉 {Et sincèrement cette conversation m’empêche vraiment de choisir mon morceau de tarte.}

200

Cependant ça me prouve bien que la vision des relations amoureuses, du couple, de la vie à deux, des enfants est quelque peu biaisée. L’unisson, partout, tout le temps.Le même son de cloche : les enfants c’est formidable et ça change la vie (ben justement j’aime bien ma petite vie où je pense qu’à moi pour le moment).
Je me demande pourquoi on qualifie les femmes célibataires ou qui n’ont pas d’enfants  de « marginales » ou « bizarres ». C’est toutes les femmes qu’on culpabilise, à qui on parle du manque, et de l’accomplissement d’une vie . Quand on sera traité de carriériste et d’égoïste, on admirera les hommes pour leur indépendance et leur ambition …  Une fois de plus est ce qu’on est vraiment en train de penser à notre place? Est qu’on est vraiment en train de croire qu’on sait mieux que nous  ce dont on a besoin pour être épanouies et heureuses? Et comment peut-on manquer d’un être , d’une chose dont on a pas imaginer l’existence, ou pire dont on a pas envie? Et cette pression du temps qui passe, la fameuse horloge biologique c’est insupportable aussi. Si on se marie, à peine la pièce montée débarrassée on nous demandera quand est ce que vient le bébé, pas le temps pour réfléchir, on s’en fiche bien au fond de savoir si tu es prête ou pas. C’est comme ça, c’est le cours normal de la vie.  Inversement, si le gamin est arrivé, on te tannera pour te marier. Ben oui c’est curieux ça, un enfant et pas de mariage, ben c’est bien plus pratique pourtant!

{Moi cela dit je préfère la tarte aux pommes quand même … }

J’ai 24ans, et en ce qui me concerne je ne sais absolument pas si je voudrais d’un enfant ou pas, me marier ou pas et pour le moment la réponse est NON et NON. Mais en attendant, j’aimerais qu’on arrête de me bourrer le crâne, d’essayer de me raisonner en me disant à quel point tout est génial et idyllique en oubliant les mauvais côtés, qui ne sont pourtant pas des moindre. Et puis ça voudrait dire quoi, que si je passe les 30ans et que je ne rentre pas dans la seule petite case existante je suis vouée à la culpabilité et la déprime . Conditionnée à penser que je ne suis pas normale et qu’il y a forcément quelque chose qui cloche . J’en ai vu des femmes autour de moi souffrir de cette situation et je n’ai nulle envie de ressentir la même chose.

Une fois de plus j’aurais aimé parler de sujet  plus léger comme de tarte aux pommes ou de pâte feuilletée, mais non . Je préfères libérer ma voix, de petite femme de 24ans, qui n’en connait peut-être pas autant qu’une femme de 60ans, mais qui a déjà vécu et ressenti pleins de sentiments différents, et qui essaye justement de faire le tri. Qui a vu ses copines dans différentes situations parfois compliquées à gérer, qui a entendu des femmes plus mûres parlées de leurs propres expériences.Et qui de tout ces témoignages a forgé sa propre opinion.
Ce n’est pas parce que ma voix ne fait pas écho à la majorité qu’elle sonne faux et qu’elle n’est pas légitime. Est-ce que j’ai le droit de penser autrement sans qu’on me prenne pour ce petit être perdu. Est-ce qu’à 24ans j’ai le droit d’avoir l’envie d’être seule sans qu’on me prenne pour une fille aigrie, de pouvoir dire que je ne veux pas d’enfant parce qu’après tout ça me parait normal étant donnée que je suis à peine capable de m’assumer. Et puis dans le cas inverse ne m’aurait-on pas traité de folle pour ces raisons précises justement? Merci donc de respecter mon choix, puisque quoiqu’il arrive il ne vous conviendra pas…

{Et merci de me laisser choisir deux morceaux de tartes finalement, sans me juger non plus, parce que c’est l’été, parce que je fais bien ce que je veux, et parce que je n’ai pas de compte à rendre.  }

3 réflexions sur “Comment la fin d’un dîner de famille s’est transformer en sujet d’article .

    • Noémie - LDOSH dit :

      Je te remercie 🙂 Effectivement on est pas encore prête d’être totalement libre de nos actes et de nos pensées. Je t’invite à aller lire mes autres articles du mercredi qui traite un peu des mêmes sujets si tu es intéressée 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s