Pourquoi je ne ferai pas de sport avant l’été

L’arrivée du printemps marque la floraison, le bourgeonnement des articles de presse féminine vantant les mérites des régimes et autres body challenges avant le début de l’été.  Aucune pression, mais on te fait bien comprendre qu’il vaut mieux oublier les chocolats de Pâques et commencer à te forger tes propres tablettes histoire de ne pas faire tâche sur la plage merci !

Seulement voilà, tous les ans c’est pareil, je ne me sens pas particulièrement concernée par ce sujet de société, si important qu’il remplit apparemment les kiosques à journaux. Et je rage un peu qu’on me propose pour seule alternative une variante entre le régime paléo ou hyper protéiné, et le top 10 des exercices à faire au bureau versus le top 10 des meilleurs séances d’abdos. Je me sens d’autant moins concernée cette année, puisque je n’habite plus au bord de mer et que je ne compte pas y passer mes vacances. Ajoutons à cela que je fais également partie de cette partie de la population qui à la peau comparable à celle d’un vampire en parfaite santé, et ne peut donc pas bronzer afin d’obtenir ce fameux hâle dorée (annonçant les prémices d’un très certain cancer de la peau). Par conséquent l’image de mon corps en maillot de bain ne me préoccupe pas plus que ça.

Alors chère presse féminine, sache que le jour où je déciderais de faire du sport, ce sera pour moi et ma santé. Toi qui est censée comprendre les femmes, les aider, les conseiller cesse de les frustrer et culpabiliser. Plutôt que: « trois mois pour se sculpter un corps de rêve avant d’enfiler son maillot » pourquoi pas « trois mois pour s’accepter, apprendre à aimer son corps avant d’enfiler son maillot ». Oui parce qu’en fait on est pas tous fait pour faire un 34 ou un 36 c’est comme ça c’est la nature! Donc si tu pouvais arrêter de nous faire croire que les régimes draconiens, les séances de sports à répétition font du bien quand en réalité ils nous minent moralement et physiquement pendant (frustration de la privation et des douleurs dû aux efforts intenses auxquels notre corps n’est pas habitué) et psychologiquement après (dépité de ne pas avoir atteint l’objectif pourtant si facile à atteindre avec un peu de volonté) ce serait chouette !

Conclusion :
Je ne ferais pas du sport un moyen de frustration,j’en ferais uniquement pour relâcher la pression, me détendre comme je l’ai toujours fait . Je veux apprécier le printemps qui m’emplit de joie, de sérénité, et de bonne humeur. Qui me donne envie de sortir, de boire et de manger aussi, et pas de me priver en me sentant moche et coupable.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s