En réalité …

Comme toute ma génération et quelques autres avant et après moi, j’ai été bercé aux dessins animés Disney. On m’a appris à travers ces jolies histoires, à attendre bien sagement que quelqu’un (alias le prince charmant) vienne me sauver de ma misère, de mon ennui, de mon désespoir. Sans bouger, moi petite femme sans défense et seule j’étais censée chanter mon désespoir et ma tristesse… Pendant ce temps là on apprenait aux petits mecs à sauver l’humanité, à ne surtout pas avoir mal,encore moins à pleurer. Bref quand Disney apprenait aux petits garçons à refouler leurs sentiments, il nous enseignait à nous petites filles à les exacerber. Lire la suite

Comment la fin d’un dîner de famille s’est transformer en sujet d’article .

 

Chaque été une petite ombre vient noircir le tableau d’un repas de famille qui c’était jusqu’alors déroulé sans accroc….

Alors que je suis en pleine réflexion sur le choix de mon dessert: tarte aux pommes ou aux prunes? Je suis interpellée par ma tante, qui, ayant certainement raté sa vocation de conseillère d’orientation/matrimoniale me pose la question suivante :  » Alors tu fais quoi cette année…? Et ton copain ça va ??  » Oui c’est dit avec autant de subtilité… Un petit peu agacée et sans vouloir mettre une mauvaise ambiance, je lui dit bien gentiment que je n’ai pas de copain. Et je vois déjà sa mine désolée comme si j’étais une petite chose fragile. La voilà qui insiste et me rétorque « ou une copine après tout je ne sais pas tout est possible maintenant ».. Alors malgré cette grande ouverture d’esprit, j’ai bien envie de lui dire, merci mais mêles toi de ce qui te regarde !!!

Lire la suite

DUNGAREES

Comme je le disais la semaine dernière, je déteste tellement faire des efforts de style en cette saison que quand j’ai trouvé une association qui me convient je ne cherche pas beaucoup plus loin. Même si septembre pointe enfin le bout de son nez,  à mon grand désespoir il fait encore beaucoup trop  chaud….

Alors je le concède  la salopette n’est pas le vêtement le plus pratique qui existe quand il s’agit d’aller faire pipi. Cependant ! Elle possède un point positif qu’il ne faut pas négliger, elle s’accorde assez facilement avec n’importe quoi ,j’entend par là avec n’importe quelle T-Shirt et paires de chaussures.

Lire la suite

Carte postale #1

Clap de fin !

Je suis dans le train qui me ramène à Lyon, soudain je me rends compte que ça y’est les vacances s’achèvent. Certes l’été n’est pas tout à fait fini mais c’est tout comme. J’ai dans la bouche un goût amer, bien plus amer que celui du Spritz que j’ai siroté pendant une semaine. Mon bronzage commence déjà à s’atténuer et l’odeur de crème solaire qui emplissait mes narines a disparu.

Lire la suite

AMOUR

 

Depuis le 14 Juillet j’essai d’écrire quelque chose quelques mots, pour me libérer. Seulement voilà j’ai l’impression de ne pas trouver les bons mots, peut être tout simplement qu’il  n’y en a pas. Cela dit je m’en fiche d’avoir les bons mots, je veux juste décrire ce que je ressens.

Moi je pense qu’il faut simplement qu’on trouve un moyen de profiter de la vie, puisqu’il semblerait désormais qu’il sera encore plus facile que prévu de la voir nous échapper. Je pense qu’on ne pourra jamais s’habituer à tant de violence gratuite, mais je pense aussi qu’il n’y a rien que l’on puisse faire, ni arme, ni frappe, ni guerre, ni discours ne pourront empêcher un homme sûr de l’acte qu’il va accomplir, ronger par la haine de perpétrer des meurtres de masses . Je pense que tant qu’il y aura des hommes, il y aura de la haine. Si on arrivait à éliminer le dernier terroriste il y aura toujours un Homme prêt à se relever et à utiliser la violence pour faire entendre sa cause. Voilà pourquoi depuis jeudi tout ces débats , ces petites guerres, je pense qu’elles sont inutiles. Je pense que nous dire que l’état d’urgence est maintenu,que l’armée va envahir nos rues, ça ne va pas nous aider. En ce qui me concerne ça ne m’a jamais rassuré. Je le sais nous sommes en guerre, voir tout ses uniformes kakis dans la rue n’en est que la confirmation, c’est tout.

Mais seulement voilà, moi je pense aussi que tant qu’il y aura des hommes, il y aura de l’amour, des gens capable de s’aimer, de rire ensemble,de s’entraider. Même si la peur sera légitime parfois quand on fendra la foule, je vais décider de m’accrocher à l’Amour, aux rires et aux sourires à venir, à tout les moments de joies. Je veux croire qu’au final c’est ce qui compte le plus. Parce que sous la peine, la tristesse de perdre un être qui nous est cher, il y a l’Amour qu’on porte au gens qu’on aime . Je pense que c’est la meilleure façon de leur dire à eux, en face que je les emmerdes, et que leur lutte est vaine, que la haine ne pourra jamais l’emporter, même si elle pense avoir gagné une bataille, un soir d’été.